Compagnie de théâtre et Salle de spectacles à Biarritz
dimanche février 17th 2019

ACTUS FEVRIER - Les découvertes battent leur plein! Après de belles représentations et une série de scolaires, notre nouvelle création ANTIGONE, À CORPS PERDUS continue les 1 et 2 février à 20h30 et le 3 février à 17h00. À ne pas manquer! Puis nous accueillerons en résidence de création la compagnie Victor Débris du 18 au 22 février, sortie de résidence le 22 février à 19h00, le 12 février à 19h le spectacle de l'atelier théâtre adultes du centre hospitalier de la Côte basque, et le 13 février Biarritz Culture et le Temps des mômes avec le spectacle Des gestes blancs.

LES ENFANTS d’ARCADIE

LES ENFANTS d’ARCADIE, un diptyque pour l’humanité – Création 2008/2009

 

Il ne suffit pas de naître homme pour être humain.
De notre capacité à inventer l’humanité dépendra notre avenir.
« LES ENFANTS D’ARCADIE , un diptyque pour l’humanité”
composé d’une libre adaptation de « Macbeth » de Shakespeare intitulée « L’histoire de Mabêt » et de « Rouge noir et ignorant » d’Edward Bond.
traducteur : Michel Vittoz – “L’Arche est éditeur et agent théâtral du texte représenté”.
Première partie : Notre première approche de la notion d’humanité se fera sous l’angle de l’espèce, à partir de ce que nous avons en commun avec le singe. Une sorte d’état des lieux.
Pour traiter du déterminisme génétique qui pèse sur nos espèces humaines et simiesques, il fallait nous immerger dans les folies abyssales de la destruction des autres et de soi, dans ce qu’elle produit aussi de remords et de paranoïa. Nous avons donc choisi une pièce qui est l’archétype même de la descente aux enfers du pouvoir : « Macbeth ». Nous ferons appel pour l’interpréter, à des créatures inédites, mi-singes, mi-hommes, que nous appellerons les homos simiens.
Deuxième partie : C’est dans un univers d’après-cataclysme que nous jouerons « Rouge noir et ignorant », la première des « Pièces de guerre » d’Edward Bond.
Les homo simiens ont disparu, nous sommes dans le monde des hommes, au lendemain de l’explosion atomique. Pourtant, ce n’est pas encore un humain à proprement parler qui apparaît, mais un Monstre.
Il va nous montrer les scènes de la vie qu’il aurait eue, s’il avait survécu. Jean-Marie Broucaret

« Nous avons la connaissance de ce que nous sommes et disons : Je ne peux pas renoncer au nom « d’humain ». Tout ce qu’il faut, c’est définir d’une façon juste ce que signifie « être humain ». Si notre définition est fausse, nous mourrons. Si notre définition est juste et que nous la transmettons, nous vivrons ». Edward Bond

Créé en résidence à Anhaux en collaboration avec Scène de Pays Baxe Nafarroa en novembre 2008.


Écrire un commentaire