Compagnie de théâtre et Salle de spectacles à Biarritz
samedi mai 27th 2017

ACTUS MAI/JUIN : voir rubrique Rendez-vous. FAIM DE TRAVAUX commence avec les ateliers à HENDAYE les 27 et 28 MAI, puis tout le mois de juin sur BIARRITZ ANGLET BAYONNE GARAZI ORTHEZ BOUCAU TARNOS BIAUDOS ONDRES ASCAIN.

Détail des spectacles

«Eva Perón»

Éva Peron a un cancer et vit ses derniers jours. Mais, loin de consentir à sa fin, elle trépigne, vocifère, insulte l’infirmière et injurie sa mère. Non, elle ne va pas mourir…
Le théâtre de Copi et “Eva Peron” en l’occurrence est du théâtre à l’état pur, dans ce qu’il propose de jeu, de théâtralité, mais également parce qu’il parle du théâtre. Où est le vrai et le faux, la vérité et le mensonge, le réel et l’imaginaire ? Nous sommes dans l’univers du jeu qui est un trompe-la-mort.
C’est la dynamique du contraste, de la contradiction qui conserve à cette oeuvre toute sa vitalité originale et sa force de provocation toujours sensible aujourd’hui.

Mise en Jeu : Jean-Marie Broucaret
Avec : Sophie Bancon, Muriel Machefer, Charlotte Maingé, Hervé Estébétéguy et Txomin Heguy

«Les vieux travellos»

Un richissime Prince africain débarqué depuis quelques heures à Paris s’entiche, en un sidérant coup de foudre, de deux travestis ringards made in Pigalle. Il leur propose de les amener dans son lointain pays où ils seront adorés tels des divinités vivantes. Pour les deux vieux travelos décatis c’est comme gagner au loto, décrocher la Lune… ou marcher sur la tête.
C’est une drag queen déjantée, métissée africano-argentine, qui narre
et illustre ce conte de Noël pour spectateurs avertis.

Mise en Jeu et interprétation : Jean-Marie Broucaret

« L’Homosexuel ou la difficulté de s’exprimer »

La pièce s’interroge sur l’identité et notamment, l’identité sexuelle.
Il existe dans cette pièce une grande confusion des identités. On croit savoir à qui l’on a affaire, puis, la scène suivante, les pistes se brouillent à nouveau. Où sont les hommes, les femmes, les travestis ? Qui est qui ? Qui désire qui ? Les personnages le savent-ils ? Que font-ils en Sibérie ? Quelle est l’histoire de chacun ?
Autant de questions sans réponse ou aux réponses contradictoires qui font souvent *basculer la pièce dans ce qui apparaît comme un délire.
Mais, loin d’être son handicap, c’est au contraire sa force.
Quatre acteurs et une actrice pour ces cinq personnages tantôt hommes, tantôt femmes, créatures humaines empruntant des identités romanesques et provisoires, en appel, amoureuses en instance de départ, mais empêchées. Et le public sera convié à assister à cette tragédie rieuse…

Mise en Jeu : Jean-Marie Broucaret
Avec : Catherine Mouriec, Guy Labadens, Txomin Heguy, Hervé Estébétéguy et J-Marie Broucaret

« Loretta Strong »

Loretta Strong est perdue dans l’espace avec pour mission de semer de l’or sur la planète Beltégeuse. Ses seuls contacts sonores sont Linda – autre astronaute passagère d’un vaisseau lointain qui l’accompagne dans sa mission – et la Terre. Mais notre belle planète bleue ne tarde pas à exploser et Linda à être dévorée par les Vénusiens cannibales. Commence alors pour Loretta une aventure folle et insensée qui la verra fécondée par un rat, un lingot d’or et un frigidaire. Elle accouchera de chauves-souris, de pépites et de bacs à glaçons…
Ses appels se feront de plus en plus pressants dans cet univers immense et vide. Mais où est donc Loretta ? Dans quelle galaxie inouie ? D’aucuns prétendent qu’elle est en fait à l’intérieur même de sa tête, dans son inconscient, à l’envers de la vie. Jamais peut-être Copi n’aura été aussi loin dans le délire terrifiant et l’invention joyeuse et louffoque.
Un voyage interstellaire aux confins de l’imaginaire.

Mise en Jeu : Jean-Marie Broucaret
Avec : Charlotte Maingé

COPIRECUP, un espace adaptable

COPIRECUP peut être pensé et adapté à tout type de lieu.Le spectacle peut être joué, en intégralité, dans un même espace ou mieux, faire l’objet d’un parcours entre différents endroits. Le voyage dans l’univers de Copi se transforme ainsi en voyage physique du spectateur.
L’occasion aussi de faire apparaître Copi là où on ne l’attend pas, de surprendre le public non seulement par le texte et le jeu des acteurs mais aussi par l’incongruité du lieu, son originalité ou sa spécificité.

Avec COPIRECUP la compagnie poursuit son exploration des langages humains. Et s’attaque ici à la face cachée de ces langages : comment l’homme communique avec, à cause ou grâce à son inconscient.
Copi se promène à l’intérieur de l’humain, dans ce qu’il a d’inédit de bouleversant. Il va chercher là où ça dérange, là où naît le fantasme. Avec Copi, l’Homme ne se résume pas à ce qu’il dit, pense ou fait mais est aussi régi par sa partie cachée…
L’occasion était trop belle pour ne pas la saisir…

Écrire un commentaire