Compagnie de théâtre et Salle de spectacles à Biarritz
samedi mai 27th 2017

ACTUS MAI/JUIN : voir rubrique Rendez-vous. FAIM DE TRAVAUX commence avec les ateliers à HENDAYE les 27 et 28 MAI, puis tout le mois de juin sur BIARRITZ ANGLET BAYONNE GARAZI ORTHEZ BOUCAU TARNOS BIAUDOS ONDRES ASCAIN.

“KAUKAZIAR KREAZKO BOROBILA”

Le spectacle a reçu le 1er Prix du Théâtre de Saint-Sébastien en mars 2006.

Durant la guerre, à cause de l’avancée des troupes hitlériennes, les éleveurs de chèvres du kolkhoze “Galinsk” ont dû s’expatrier plus à l’est et abandonner provisoirement leurs terres. A la fin de la guerre, ils reviennent et souhaitent récupérer leurs anciens pâturages. Mais les habitants du kolkhoze voisin, des cultivateurs d’arbres fruitiers, proposent d’irriguer ces terrains à l’herbe maigre et de les consacrer, à l’avenir, à la culture des fruits, plus rentable. Les éleveurs de chèvres, à qui l’on propose de garder en échange leurs nouveaux pâturages, ne sont pas d’accord.
Lorsque la pièce commence, une réunion oppose les deux kolkhozes, en présence d’un expert de l’Etat.
Une troupe de théâtre propose, alors, de jouer une pièce qui aidera à y voir plus clair : “Le cercle de craie caucasien”. Elle raconte une ancienne légende.
Lors d’une révolution de palais, la femme du Gouverneur, en s’enfuyant, “oublie” son fils Michel, alors bébé. Elle était, en fait, plus préoccupée d’emporter ses robes et ses bijoux.
Une jeune servante, Groucha, prise de pitié, recueille le nourrisson et l’emporte dans sa fuite. Elle traverse le pays montagneux, les soldats à ses trousses. Ils ont pour mission de faire disparaître le fils du gouverneur, héritier gênant.
Groucha, aux prix de souffrances et de sacrifices, parvient à le sauver.
Plusieurs années passent. Michel est devenu un petit garçon et Groucha l’élève comme sa mère. C’est alors qu’une nouvelle révolution remet au pouvoir ceux qui en avaient été chassés.
La femme du Gouverneur retrouve la trace de son fils — elle convoite, en fait, son héritage — et demande qu’il lui soit restitué. Groucha refuse, prétextant que l’enfant est à elle.
L’affaire est portée devant le juge Azdak. Malin, corrompu et intègre à la fois, en tous les cas soucieux de redonner aux pauvres gens une justice équitable, ce juge original et avisé imagine une épreuve : il fait tracer par terre un cercle de craie et place l’enfant au centre. Chaque femme le tirera à elle. La vraie mère aura la force de l’arracher à l’autre. Groucha ne peut se résoudre à faire mal à Michel.
Azdak lui donne la garde de l’enfant car c’est elle qui l’aime le plus.
La pièce s’achève sur ces mots :
“Vous qui avez écouté l’histoire du cercle de craie, retenez l’avis des anciens :
Que toute chose au monde revienne à ceux qui lui sont utiles :
L’enfant aux êtres maternels, pour être sûr qu’il vienne bien,
La voiture au bon conducteur, pour que sans heurts soit le chemin,
La vallée aux irrigateurs, pour qu’en fruits elle soit fertile.”
“Le cercle de craie caucasien”

L A  P R E S S E  E N  P A R L E …
« Disons le sans détours. La mise en jeu du Cercle de craie caucasien de Bertolt Brecht par la troupe des chimères est réussie…
…Jean-Marie Broucaret livre une fresque colorée, dynamique, joyeuse et émouvante……Un prénom, un pas de danse, un instrument, un costume. Curieusement dans ce monde à refaire, ou les structures sociales de la société vacillent, ils trouvent des accents kusturiciens en de plaisantes farandoles avec les musiciens.
…la force de la pièce est dans l’humain, dans l’engagement individuel et collectif des comédiens et de la pensée de Brecht qui clame que le premier n’est rien sans l’autre… »
Rémi Rivière – Le Journal du Pays Basque – Samedi 22/10/2005